Je vais bien, ne t’en fais pas de Philippe Lioret

C’est à son retour d’Espagne que Lili, 19 ans, apprend de ses parents que son frère jumeau est parti. C’est après une violente altercation avec son père que Loïc aurait choisi de quitter le domicile familial. Connaissant le tempérament de son frère, Lili ne s’inquiète pas outre mesure. Mais les jours passent ; Loïc ne donne aucune nouvelle, il ne répond pas aux messages que sa soeur lui laisse sur sa boîte vocale. Profondément atteinte, Lili refuse dès lors de se nourrir. Elle décline peu à peu et son hospitalisation dans un service dédié aux anorexiques devient inévitable. Malgré cette mesure d’urgence, elle se laisse mourir à petit feu. Jusqu’au jour où elle reçoit une lettre de son frère…

Je ne suis habituellement pas un grand amateur de récits mélodramatiques. Mais Philippe Lioret a su préserver Je vais bien, ne t’en fais pas d’une réalisation larmoyante. Il met en scène avec retenue l’impact de la disparition tant sur la famille que sur les amis de Lili. Rien ne paraît jamais vraiment définitif et, quand nous croyons que le scénario nous conduit vers une issue un peu trop évidente, nous sommes pris à contre-pied. L’intrigue, adaptée du roman éponyme d’Olivier Adam, bénéficie ainsi d’une véritable qualité d’écriture.
Le film est magistralement porté par ses interprètes et notamment par trois figures phares. D’abord, Mélanie Laurent (Lili) que ce long-métrage met véritablement sous le feu des projecteurs, après des prestations remarquées dans Embrassez qui vous voudrez et De battre mon coeur s’est arrêté. Ensuite, Julien Boisselier (Thomas, le petit-copain de la meilleure amie de Lili), toujours très à l’aise dans ces rôles de gentil garçon sur lequel les filles peuvent compter. Enfin, Kad (le père de Lili et Loïc), qui prouve que son talent ne se cantonne pas au registre comique.

Je vais bien, ne t’en fais pas est tout à la fois le portrait pertinent d’une jeune fille du XXIe siècle et une réflexion sur l’absence (comment la gérer, comment y survivre). Une oeuvre nuancée qui ne laisse pas indifférent.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s