Rebuild of Evangelion, ou la flamme ravivée pour une passion vieille de plus de 10 ans

1. Evangelion est certainement, avec Albator et Dragon Ball, la série qui a eu le plus d’impact sur ma passion pour l’animation japonaise. C’est en 1997 que je l’ai découverte, d’abord par la grâce d’une K7 VHS (oui, je parle presque d’une époque que les moins de 15 ans n’ont pas connu) exclusive vendue avec le magazine Joypad, et qui contenait une dizaine de minutes de cette oeuvre qui faisait alors grand bruit au Japon. Puis par l’intermédiaire des K7 VHS de Dynamic Vision (devenu par la suite Dybex). C’est bien clair : rien n’a jamais égalé l’excitation précédant la sortie d’une de ces nouvelles VHS. Combien de fois ai-je pu passer chez mon revendeur de K7 d’animation japonaise pour lui demander si “le précieux” n’était pas arrivé ? En même temps, il y avait l’essor d’Internet (auquel j’ai eu accès la même année). Je ne peux m’empêcher d’essuyer une petite larme en me rappelant les débats enfiévrés, sur le newsgroup fr.rec.anime, qui suivaient la diffusion de chaque épisode sur C: (chaîne que je ne captais malheureusement pas). Et ce n’est pas tout à fait un hasard si un des premiers articles que j’ai écrits pour mon site web, en 1998, était dédié à cette belle œuvre.
Neon Genesis Evangelion, c’est vraiment la série qui m’a définitivement convaincu d’aller au-delà des titres de pur divertissement à la Dragon Ball ou Saint Seiya. C’est la série qui a accompagné la fin de mon adolescence, avec tout ce que cela peut impliquer comme effet “Madeleine de Proust”. Seulement, le projet Rebuild Of Evangelion (quatre films annoncés entre 2007 et 2011) ne joue pas seulement sur la nostalgie des fans. Il s’agit d’une véritable relecture de l’univers Evangelion. Susceptible de plaire tout autant aux vieux fans qu’aux adolescents de maintenant.

2. Pourquoi tenir à proposer Rebuild of Evangelion dans la programmation du festival Utopiales, manifestation à laquelle je collabore depuis 2006 ? D’abord parce qu’Evangelion est un des titres phares de la culture visuelle japonaise, comme avait pu l’être Gundam en son temps. Il s’agit d’un incontournable qui, en étant remis au goût du jour, méritait une mise en lumière toute particulière ! Surtout que Hideaki Anno et le studio khara (qu’il a fondé spécialement pour l’occasion) et Gainax ne se sont pas moqués de nous. Loin d’être une simple compilation de la série originelle, les longs métrages offrent beaucoup de matériau inédit, tant dans la forme (tous les plans ont été réalisés spécialement pour l’occasion, avec une finesse bien plus importante qu’à l’époque) que dans le fond (nouvelle psychologie de personnages tels que Rei ou Asuka, nouveau personnage, …).
J’ai réalisé dernièrement que, dans mon enthousiasme à proposer Evangelion dans le cadre de la journée Manga-tan, il y avait aussi la volonté de participer à mon tour à la popularisation de cette oeuvre culte. Peut-être y aura-t-il, au sein du public des projections d’Evangelion 1.0 et 2.0, des personnes qui seront durablement marquées par ces films et qui, dans une dizaine d’année, auront repris le flambeau pour promouvoir cette oeuvre – et plus généralement le manga et l’animation japonaise ?

3.  Si Evangelion 1.0 commençait par des scènes d’une très grande fidélité à la série télévisée d’origine (au point de faire dire à certains tristes sures que les storyboards de 1995 avaient resservi “tels quels”), il s’en écartait progressivement… pour proposer une relecture assez époustouflante du climax des épisodes 5 et 6 de la série animée à travers l’Opération Yashima. Evangelion 2.0 s’ouvre avec des scènes de la même intensité. On en viendrait presque à penser que, si le début d’Evangelion 1.0 était aussi académique, c’était pour rassurer des investisseurs parfois échaudés par l’imprévisibilité de Hideaki Anno. Il suffit de regarder les dix premières minutes du deuxième volet pour être complètement soufflé… le spectateur est alors complètement scotché dans son siège, à se demander ce qui pourra lui arriver ensuite.

4. Nombreuses sont, au final, les différences entre le 19 premiers épisodes de la série animée de 1995 et les deux premiers volets du projet Rebuild. Hideaki Anno et le studio khara ont bien compris qu’on ne raconte pas, en 2008-2009, une histoire de la même manière qu’on le faisait au milieu des années 90. Surtout quand on passe d’un format d’épisodes d’une vingtaine de minutes à des longs métrages de plus de 90 minutes. Si l’aspect feuilletonesque demeure du fait du découpage en 4 films (un côté pleinement assumé, comme en attestent les trailers à chaque fin d’épisode), chaque volet se devait de constituer un tout. Evangelion: 1.0 You Are (Not) Alone mettait en exergue le lien naissant entre deux personnages qui se croyaient définitivement seuls au monde, à savoir Shinji et Rei. Evangelion: 2.0 You Can (Not) Advance montre, quant à lui, combien ces deux adolescents – désormais rejoints par Asuka – évoluent, forts de leurs interactions les uns avec les autres. Les traits de caractère de chacun de membres de ce trio ont évolué, surtout du côté féminin. Est-ce à dire qu’en 2009, on dit plus les choses du coeur qu’en 1995 ? Une chose est sûre : les Asuka et Rei d’Evangelion 2.0 mettent beaucoup plus de mots sur leurs sentiments que leurs homologues de la série télévisée (pour accentuer cette différence, Asuka a même changé de nom !). Cette tendance est confirmée par un des fils conducteurs du film, un dîner que Rei souhaite offrir aux deux hommes de sa vie. Les rapports de “force” entre chacun des membres de ce trio sont très bien repensés, avec l’ajout d’une dimension romantique en partie absente de l’oeuvre originelle. Sur le sujet, on ne peut qu’apprécier la manière dont Anno joue avec les références que ne manqueront pas d’avoir certains spectateurs. Comment ne pas relever le recours à des musiques issues de Entre elle et lui, adaptation animée d’un shôjo manga de Masami Tsuda pour laquelle Anno avait réalisé deux épisodes complètement électriques.

6. Pour ceux qui aiment se creuser la tête sur les mystères d’Evangelion, terminons par un avertissement : ne prenez pas forcément au sérieux tous les éléments disséminés dans les trailers à la fin de chacun des films. En effet, le trailer d’Evangelion 2.0 proposé à la fin d’Evangelion 1.0 annonce la couleur : on y aperçoit deux scènes au final absentes du second opus cinématographique. La première nous montre Misato giflant Ritsuko (adaptation d’une scène apparaissant dans l’épisode 16 de la série, quand Misato et Ritsuko travaille sur une solution pour faire sortir l’Eva-01 et Shinji de la Mer de Dirac, un Ange qui l’a absorbé). La seconde présente la nouvelle pilote d’Eva, Mari Illustrious Makinami, en costume d’écolière (anglaise ?), en train de contempler des explosions en forme de croix : une scène qu’on retrouve dans l’épisode 2.0, mais avec un autre décor : d’une part, quand Mari observe l’explosion du troisième Ange au début du film (mais elle est alors en plug-suit) ou, un peu plus tard, quand elle regarde le GeoFront… là où la scène du trailer laisserait plutôt penser qu’elle assiste à l’attaque du dixième Ange, Zeruel.  Mais, concrètement, il n’y a rien de tel dans Eva 2.0. Se pose donc évidemment la question de savoir à quel point le réalisateur a déjà détaillé la trame des prochains films lorsqu’il prépare le trailer de ceux-ci. Le trailer d’Evangelion 3.0 donne-t-il un aperçu pertinent du prochain épisode ou, au contraire, nous mène-t-il vers de fausses pistes ? Quand je relis les paroles de “Beautiful World” d’Hikaru Utada (qui sert de générique aux deux premiers volets de Rebuild Of Evangelion, sous la forme de deux mix différents mais totalement similaires au niveau des paroles), je ne peux m’empêcher de penser que Anno nous prépare peut-être un aussi gros coup qu’à la fin de la série télévisée. Le mystère qu’il parvient à recréer attise – forcément – la curiosité.

One thought on “Rebuild of Evangelion, ou la flamme ravivée pour une passion vieille de plus de 10 ans

  1. Ce fut une journée très sympa ! J’ai bien aimé la jolie ninja de Naruto et la jolie brune en noir de je ne sais plus quel animé lol. Des adresses email ? :p Quoiqu’il en soit le film (imparfait selon moi, mais ne connaissant pas la série…et oui honte sur moi je ne l’ai jamais vu^^) m’a donné envie de commencer Evangelion. J’ai donc acheté les dvd ce midi et je suis pressé d’en savoir plus…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s