La recherche fondamentale et le libre cheminement de l’esprit

Dans la recherche, l’obtention d’un résultat n’est pas un phénomène prévisible. Les avancées ne suivent pas une loi de progression linéaire.

Illustration sur mes recherches actuelles. Je vous rassure, je ne rentrerai pas dans les détails. Je mentionnerai juste l’objet de mes travaux actuels, pour les quelques lecteurs qui sont familiers avec cette thématique : il s’agit de trouver une traduction structurelle efficace qui permette de passer d’un réseau de Petri évoluant en temps continu à un réseau doté d’une sémantique discrète.

Fin février, j’étais arrivé à un modèle théoriquement satisfaisant, mais présentant de nombreux défauts dès qu’il s’agissait de l’implanter informatiquement parlant. Pendant plusieurs jours, j’ai tenté de sortir de l’impasse dans laquelle il me semblait être arrivé, mais rien n’y faisait.
Alors, aux alentours du 10 mars, j’ai décidé de repenser complètement le modèle que j’avais conçu. Grâce à quelques discussions avec mes “chefs”, j’ai eu deux idées importantes qui m’ont permis de créer un modèle répondant à nos attentes. L’implantation informatique n’a pas posé de soucis majeurs, les résultats sont plutôt satisfaisants. Et j’ai complètement laissé de côté le premier modèle auquel j’étais parvenu.

Cette semaine, j’ai essayé d’étendre mon modèle à des cas encore plus généraux. Je me suis trouvé face à de nouveaux obstacles. Je les ai pris un par un et ai tenté de les contourner. Pour un problème en particulier, j’ai réussi à trouver une solution qui, si elle n’est pas forcément encore très efficace, a le mérite de répondre à la question posée. Par analogie, je me suis rendu compte que la méthode déployée dans ce cadre aurait pu me servir à répondre au problème auquel je m’étais heurté deux mois auparavant. Alors j’ai repris le cahier contenant mes recherches de février. J’ai gribouillé. Et j’ai finalement trouvé comment débloquer cette situation qui me paraissait, il n’y a pas si longtemps, définitivement compromise.

Fort des discussions que j’ai pu avoir avec mes collèges, des tentatives avortées, des papiers lus ici et là sur des thèmes connexes, j’ai réussi à lever l’aporie à laquelle je pensais être arrivé en février. Cela a été une surprise. Il y a un mois et demi, j’avais beau me creuser la tête, rien ne venait. Et c’est aujourd’hui, après avoir emprunté une toute autre voie, que j’ai finalement fait sauter le verrou. Un cheminement d’idée typique de la recherche. Voilà le genre de latitude qu’un industriel ne laissera que rarement à ses salariés : alors que la mondialisation, le durcissement de la concurrence et la course à la rentabilité sont désormais les maîtres mots du jeu économique, comment un chef d’entreprise pourrait-il laisser certains de ses employés travailler sur des thématiques aux résultats si imprévisibles ?

Un exemple parmi tant d’autres, qui illustre bien le fait que la recherche fondamentale ne peut pas se laisser absorber par le monde industriel, à l’heure où Alain Trautman (Sauvons la Recherche) et Edouard Bézin sont de nouveau reçus par Jean-Pierre Raffarin concernant la future loi d’orientation et de programmation de la recherche. Vous savez, cette fameuse loi qui était sensée être votée, au plus tard, fin 2004 …

One thought on “La recherche fondamentale et le libre cheminement de l’esprit

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s