Twitter à Japan Expo : bilan de l’expérience

Maintenant que la dixième édition du festival Japan Expo s’est terminée, il est temps pour moi de dresser un bilan de mon utilisation de Twitter dans ce cadre. Il s’agissait de la première fois que je faisais un usage aussi intensif de l’outil sur un événement. J’avais bien publié quelques twitts pendant le Festival BD d’Angoulême 2009, mais cela n’avait rien de comparable, en volume, avec ce que j’ai produit à Japan Expo.

Première remarque : vivement que soit véritablement amélioré l’appareil photo de l’iPhone (ou d’un autre outil nomade polyvalent) ! Ce n’est malheureusement pas l’évolution iPhone 3GS qui va changer la donne. C’est pourtant le principal facteur limitant la qualité des clichés qu’on peut partager “en direct” (à moins de déployer un équipement plus complexe et plus lourd, constitué d’un appareil photo de bonne qualité, d’un ordinateur portable et d’une clef 3G). L’intérêt des photos tient donc plus à leur statut d’”instantanés pris sur le vif” qu’à leur “beauté” (même si, évidemment, il est toujours possible de réaliser des petits chefs d’oeuvre, même avec des moyens limités… mais je n’ai pas ce talent).

Twitter n’aurait-il donc de valeur que dans le présent d’un événement ? C’est en tout cas une impression tenace que confirme l’aspect déstructuré de twitts publiés au fil de l’eau. Des compte-rendus argumentés et détaillés ne vont pas tarder à fleurir (on peut même dire que c’est chose faite, au vu des articles que plusieurs fans proposent déjà au jour le jour). Rendant les twitts obsolètes car trop partiels et superficiels.

Pourtant Twitter est à même de donner une image fidèle d’une manifestation et de constituer une perspective intéressante d’investigation, comme nous l’a montré l’histoire récente (même si, en la matière, reste posée la question de la représentativité des utilisateurs de Twitter au regard de la population générale impactée). Et donc de s’inscrire dans la durée… à condition que le lecteur accepte de hiérarchiser lui-même les brèves qu’il vient recueillir.

C’est peut-être cet effort qui rebute certaines personnes. Twitter délivre de l’information : fiable ou non, pertinente ou non. Il appartient dès lors à ceux qui se placent en aval d’accorder plus ou moins de valeur à telle source, de tirer la quintessence des multiples voix qui se font entendre. Quand on se souvient la méfiance générée, au début des années 2000, par le phénomène “blog“, rien de bien étonnant à voir la même réaction face au “micro-blogging“.

Cela fait plusieurs années que j’entends parler de Twitter (il en va ainsi de Second Life, Seesmic, etc.) et j’étais moi-même perplexe du buzz qui l’entourait. J’ai toutefois décidé de m’y essayer en octobre dernier, en tentant différentes formules, sans toutefois parvenir à trouver un argument fort pour vanter les mérites de l’outil. Partager son actualité, évoquer ses coups de coeur en manga ou en anime… tout ceci est bien beau, mais cela était déjà possible avant, sous d’autres formes.

Mais mon usage de Twitter à Japan Expo m’a (enfin !) procuré un premier cas d’utilisation pleinement concluant. Je suis désormais profondément convaincu du potentiel de l’outil (fortement dépendant, en fait, de la possibilité d’accéder en permanence à Internet… ce que le réseau 3G permet désormais sur une large part de l’Hexagone).

Un exemple (parmi d’autres) : les membres de la Brigade S.O.S. (association visant à promouvoir non seulement la série La Mélancolie de Haruhi Suzumiya, mais plus généralement la culture otaku) organisaient, chaque jour à 15h, un karaoke du Kumikyoku (pour les non-initiés, il s’agit grosso modo d’un patchwork de plusieurs génériques de dessins animés/jeux vidéos constituant un véritable hymne de la communauté otaku mondiale). Il se trouve que MOSAIC.WAV, le groupe original chantant un des titres apparaissant dans le Kumikyoku, était invité de cette édition 2009 de Japan Expo. Ni une, ni deux, la Brigade S.O.S. s’est démenée pour obtenir que MOSAIC.WAV participe à l’interprétation du Kumikyoku le dimanche. La chose s’est décidée en plein pendant le festival, AxelTerizaki l’a annoncé samedi soir sur son compte Twitter. Dès que j’ai pu avoir confirmation de l’information (le dimanche en début d’après-midi), je l’ai relayée en espérant qu’un maximum de personnes puisse la voir… le tout pour une “représentation” à 15h. Quel autre moyen y avait-il de transmettre rapidement ce genre d’info à un large public (même si j’ai bien conscience que le nombre de Français faisant un usage fréquent et fin de Twitter pour de la recherche d’information reste, pour le moment, restreint) ? Voilà typiquement le genre de média qui peut devenir incontournable pour faire circuler à large échelle – à un public ciblé dont on ne connaît pas les coordonnées – des informations expirant rapidement.

J’ai déjà évoqué, dans mon précédent billet, les obstacles à un usage sémantiquement satisfaisant de Twitter. Je n’y reviendrai donc pas. Car, malgré cela, une simple recherche sur les mots “Japan Expo” dans le moteur dédié de Twitter permettait de récupérer un panorama intéressant de réactions sur le festival, moyennant bien entendu un tri. C’est par ce biais que j’ai appris samedi matin qu’il y avait des problèmes de R.E.R… retour que j’ai alors recoupé avec une recherche sur Google News, ce qui m’a permis d’apprendre pourquoi le trafic était coupé (agression survenue plus tôt dans la matinée). J’ai alors publié un lien vers la dépêche AFP dédiée… une information dont certains m’ont dit (par exemple Shadows qui m’a contacté par message privé sur Twitter) avoir tiré profit pour repousser leur visite au festival d’une journée ! Je pourrais aussi évoquer les sueurs froides que j’ai (indirectement) provoquées chez quelques-uns (responsables de stands sur le festival), en faisant suivre jeudi soir l’article de Total Manga évoquant l’inondation partielle de Japan Expo

Autant d’anecdotes qui montrent l’intérêt d’un outil tel que Twitter sur un festival d’envergure telle que Japan Expo. Le fait que le public visé soit, en France, encore restreint est son inconvénient majeur. Bien malin celui qui prédira correctement l’évolution des habitudes des Français envers Twitter. Après, il faut avoir conscience que twitter fréquemment exige une discipline à part entière… et qu’on a vite fait de continuer à utiliser des hashtags alors qu’on écrit sur papier.

Le mot de la fin ? Cette dixième édition de Japan Expo aura été un excellent cru (le mérite en revient à une belle programmation, des concerts excitants, des invités passionnants… et un public qui met de la vie et des couleurs dans les murs du Parc des Expositions de Villepinte). J’aurais pris beaucoup de plaisir à y assister. Et à couvrir l’événement via Twitter. Une expérience que je reconduirai sans doute sur d’autres manifestations – et, bien sûr, sur Japan Expo 2010.

NB : vous pouvez retrouver, en un clic, l’intégralité de mes twitts traitant de Japan Expo grâce au moteur de recherche de Twitter.

4 thoughts on “Twitter à Japan Expo : bilan de l’expérience

  1. Excellent article, bravo ! J’ai suivi un peu tes pérégrinations pendant la JE, j’y étais moi-même samedi et dimanche et je twittais un peu via l’iPhone. Twitter m’a aussi permis de savoir ce qu’il se passait un peu partout sur le salon, ce qui vu la taille des deux halls était fort pratique.

    Cette 10e édition était vraiment très bien organisée et comme beaucoup j’ai adoré ^^

  2. Twitter aura un meilleur impact quand la 3G sera plus accessible et moins chère car bon, tout le monde n’a pas les moyens de se payer un abonnement 3G ou un iPhone :v

  3. Merci, Tode, pour ce retour ! J’ai d’ailleurs profité de Japan Expo pour découvrir ton flux Twitter et ton blog, très sympathique. Je suis d’ailleurs époustouflé par la qualité des clichés que tu exhibes sur le billet consacré à l’appareil photo de l’iPhone. Bravo à toi.

    kyouray, en effet, l’impact de Twitter est encore forcément limité par le prix prohibitif de l’iPhone ou d’une connexion 3G (notamment les étudiants qui constituent un des publics ciblés par Japan Expo). Mais les choses devraient évoluer, je pense, assez vite en la matière et on peut imaginer que les prix seront plus raisonnables dans quelques mois.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s