Dr. Stone (ドクターストーン) : un shônen manga où la science permet de reconstruire la civilisation

Voir ma chronique en version vidéo.

Si vous vous réveilliez dans un monde où la civilisation humaine a disparu, sauriez-vous la reconstruire grâce à la science ?

Aujourd’hui, je vous propose de découvrir le défi étonnant auquel doit faire face le héros de Dr. Stone, un shônen manga issu du Weekly Shônen Jump, le même magazine qui publie One Piece ou My Hero Academia ! Je vais d’abord évoquer l’histoire et le contexte de publication du manga puis partager avec vous mes impressions.

L’histoire

Que feriez-vous si vous vous réveilliez subitement dans un environnement sauvage, après plusieurs milliers années pendant lesquels la société humaine se serait arrêtée ? Opteriez-vous pour rebâtir le monde grâce à la force ou grâce à la science ?  Le héros de Dr. Stone, Senku, est un passionné de sciences et se sert de ses connaissances pour  « retrouver », étape par étape, les avancées emblématiques de la civilisation. Mais tous ne partagent pas son enthousiasme face aux progrès de la science pour tous. Qui de la société de la science ou de la société de la force arrivera à s’imposer ?

À propos du manga et de ses auteurs 

Dr. Stone (ドクターストーン) est un titre très récent du Weekly Shônen Jump, le magazine phare du manga au Japon. Sa pré-publication a démarré en mars 2017 et le titre a démarré en France une année plus tard. Comptant actuellement 7 volumes au Japon, la série est toujours en cours. C’est un duo d’auteurs chevronnés qui est derrière Dr. Stone. Le scénariste Riichiro Inagaki s’était distingué dans les années 2000 grâce au succès de Eyeshield 21, manga de 37 tomes dont l’anime avait été diffusé en France. Après quelques histoires courtes publiées ces dernières années, Dr. Stone marque son grand retour dans le domaine des séries hebdomadaires au Japon.

Le dessinateur, Boichi, fait lui aussi parler de lui depuis de nombreuses années. Artiste sud-coréen, révélé au public par Sun-Ken Rock – un titre en 26 tomes -, il réalise actuellement deux séries, par ailleurs toutes deux publiées en France : Dr. Stone, dont il est question dans cette chronique, mais aussi Origin, en cours de parution chez Pika.

Un titre détonnant 

Un shônen manga qui met la science à l’honneur. Rien que ce pitch suffisait à me rendre curieux vis-à-vis de ce titre ! Plusieurs éléments peuvent surprendre quand on commence à lire Dr. Stone et, en premier, le style graphique. Le dessinateur, Boichi, est de ceux qui déchaînent les passions, entre ceux qui adhèrent de suite à son style très expressif et ceux qui regrettent les clichés faciles qu’il véhicule. Il y a un peu de vrai dans les deux, au sens où les personnages féminins sont malheureusement très stéréotypés. D’un autre côté, l’exagération est la marque de ce manga, jusqu’aux expressions faciales extrêmes que peuvent avoir les protagonistes. Dr. Stone donne parfois l’impression d’être comme un médicament : ce qui est bon pour le lecteur – c’est-à-dire les explications scientifiques – est nappé d’un enrobage sucré, facile d’accès, permettant de mieux transmettre la passion scientifique. En quelque sorte, Dr. Stone se place dans cette lignée de titres japonais qui donnent le goût des sciences aux jeunes lecteurs. Il faut voir naviguer dans le rayon « jeunesse » d’une librairie japonaise pour mesurer combien les grandes figures historiques de la science sont popularisées à travers des biographies simplifiées, des livres jeux et des mangas ! Dr. Stone fait ainsi une sorte de pont entre une telle offre et la narration épique des mangas pour adolescents. Évidemment, le contexte scientifique est simplifié, mais de véritables anecdotes ou astuces sont partagées. Si vous ne savez pas calculer mentalement 87 multiplié par 83, vous saurez rapidement comment procéder une fois terminé le tome 3 de Dr. Stone.

C’est une véritable épopée scientifique à laquelle convie Dr Stone. Il est excitant de suivre Senku dans sa reconstruction progressive des principaux éléments technologiques de la société moderne. Bref, Dr. Stone est un titre atypique qui occupe une place particulière dans mon coeur et que je vous encourage vraiment à suivre !

Ma thèse en 2 planches, un bande dessinée pour vulgariser les sujets de recherche en doctorat

Les sujets d’étude de la recherche peuvent paraître incompréhensibles à première vue : à combien de personnes mon sujet de thèse, soutenue en 2007 – « Réseaux de Petri à chronomètres – Temps dense et temps discret » – évoque une problématique concrète 😉 ? Pour que tout un chacun comprenne d’une part les problèmes auxquels s’attaque la recherche, d’autre part les principes d’une démarche rationnelle, il est crucial de mener un travail de vulgarisation. C’est dans ce contexte qu’est né, il y a quelques années, le concours « Ma Thèse en 180 secondes », consistant à présenter sur scène en 3 minutes son sujet de thèse de doctorat. L’Université de Lorraine (@univlorraine) est allée encore plus loin en proposant, sur la base de ce matériel, de résumer les thématiques en 2 planches de BD (dessinées par un professionnel du dessin). C’est un aperçu de quelques-unes des thématiques de recherche en France que permet ainsi de découvrir l’album « Ma thèse en deux planches », tout juste paru la semaine dernière. ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀