Dragon Ball Z – Battle of Gods (ドラゴンボールZ 神と神) : mes impressions

Fan de Dragon Ball de la première heure, et habitant au Japon ce printemps, je ne pouvais pas passer à côté du nouveau long-métrage : Dragon Ball Z – Battle of Gods (ドラゴンボールZ 神と神).

Même si la campagne publicitaire accompagnant cette nouveauté était massive (dans les magazines, à la télévision, dans les conbinis à travers un partenariat avec Lawson, dans la chaîne de restaurants KFC, etc.), je ne m’attendais pas à ce qu’autant de monde se presse dans les salles dès le premier jour. Un public large, diversifié, allant d’enfants qui ont sans doute connu la franchise via Dragon Ball Kai et le jeu Dragon Ball Heroes, à des trentenaires venant en couple ou avec un groupe d’amis. L’ambiance était à la fête, comme quand on retrouve de vieux copains.

Il faut dire que ce film tient de l’événement pour tous les fans : le créateur originel de Dragon Ball s’est personnellement impliqué, créant le scénario et les designs des personnages. Le long-métrage prend officiellement place dans l’intrigue de la saga, entre les chapitres 517 et 518 (c’est-à-dire pendant les 10 ans qui s’écoulent entre la fin de l’arc “Bū” et la conclusion de Dragon Ball à la fin de son 42e tome), là où les productions du genre ne sont habituellement que des “hors-séries”. Et l’intrigue pose de nouvelles bases, qui appellent clairement une suite, si le succès se confirme. Tout en constituant une histoire à part entière (on est loin de la fin abrupte de Saint Seiya Tenkai-hen Josō : Overture).

Le fan-service est là, c’est-à-dire que chaque personnage de la série a le droit à son propre moment dans le film. L’anniversaire de Bulma est une occasion parfaite pour réunir tous les protagonistes, de Vegeta à Mr Satan en passant par Krilin ou Buu. Même Pilaf et ses acolytes sont de la partie, dans un état de vigueur surprenant, et qui pourrait, en soi, faire l’objet d’une “side-story” future. L’ambiance est donc à la fête, et seule l’apparition de Beers (ビルス) – Dieu de la Destruction – et de Whis (ウイス) – son acolyte, dont on apprendra le véritable rôle à la fin du film – viendra troubler la quiétude de ce moment. Beers est là pour trouver le Super Saiyan God, un adversaire à sa hauteur dont un oracle lui avait prédit l’apparition, 39 ans auparavant. Après avoir fait un détour par la planète de Kaiō et avoir très vite battu Son Gokū, il poursuit sa recherche sur Terre.

Beers est un personnage surprenant. Réveillé d’un sommeil de près de 40 ans par Whis, son comportement est à l’image de son physique félin. Il dégage une sensation de puissance (Vegeta, qui l’a déjà croisé dans le passé, le craint immédiatement), mais il dévoile une surprenante facette en se prenant de passion pour la nourriture japonaise. La réussite du film doit beaucoup à ce personnage, ainsi qu’à Whis, qui apportent à la fois un nouvel enjeu et de la fraîcheur dans l’univers de Dragon Ball Z.

Encore une fois, les Japonais ont été malins dans leur promotion. Le spectateur est notamment pris à contre-pied par la fin du film – et notamment la scène de face-à-face entre Gokū et Beers, que l’on a beaucoup aperçu dans les extraits diffusés en ligne et à la télévision japonaise. Et si, pour une fois, un long-métrage Dragon Ball Z se terminait différemment ?

Au niveau technique, les scènes de combat sont réussies. La scène de bravoure de Vegeta, ainsi que l’affrontement final entre Gokū et Beers, bénéficient des dernières techniques d’animation, apportant un dynamisme nouveau à la mise en scène. La 3D y est alors bien mieux intégrée qu’au début du film, moment où l’on se demande s’il était vraiment nécessaire de modéliser la voiture de Kaiō en 3D, tant le résultat jure avec le reste. La musique, sans être inoubliable, s’accorde bien avec les images, et les titres de FLOW réalisés pour l’occasion passent finalement mieux à l’écran que sur CD. Le scénario, en explorant une zone temporelle encore inexploitée dans Dragon Ball, parvient à effacer le mauvais souvenir que le spectateur avait gardé en visionnant Dragon Ball GT. Akira Toriyama semble revenir avec un certain plaisir à sa saga. En duo avec Yūsuke Watanabe (co-scénariste de 33 ans, qui a du grandir avec la saga et qui est définitivement un créatif à suivre), il en propose une vision à la fois respectueuse de son travail d’antan et renouvelée. L’écriture enchaîne clins d’oeil et références, tout en disséminant des indices pour une éventuelle suite.

Les amoureux du Japon apprécieront également les cameos, à l’instar des petits rôles tenus par la judoka médaillée d’or Kaori Matsumoto et la chanteuse Shōko Nakagawa.

Rendez-vous dans trois ans pour la suite ?

NB : bien que souvent désignés sur le web sous les noms de Bils et Wis, le Dieu de la Destruction (ビルス ) et son compagnon (ウイス) sont ici nommés selon l’usage adopté dans le pamphlet officiel du film : Beers et Whis.

3 thoughts on “Dragon Ball Z – Battle of Gods (ドラゴンボールZ 神と神) : mes impressions

  1. Bonsoir,
    Merci pour vos impressions.
    J’ai hâte de pouvoir moi aussi le voir ^^
    Et merci aussi pour les photos ^^
    A cause de celles-ci, j’ai demandé à un ami d’aller au KFC pour me prendre les bouteilles avec Vegeta, Bulma et SAngoku… Il va vous maudir ^_-
    Sinon, c’est marrant j’habite a Rezé, le monde est petit!
    A bientôt

  2. BOnjour,
    Merci pour les impressions, mais je trouve votre article trop detaillé. Je recherchais à la base les impressions général du film (est ce que les puristes l’ont trouvé génials ?) est ce que l’animation des combats et vraiment impressionnantes. retrouvons-nous l’ambience de l’époque ? Votre article est bien mais comporte beaucoup trop de spoile. je n’ai donc pas lu lire certaine partie. S’en faire expres j’en ai lu trop.
    Mais je tiens à vous dire qu’au dela de cet aspect c’est du super boulot😉

  3. Merci beaucoup pour ces comms ! Hate de le voir en France (si il arrive ! lol). Je me demande comment il finit, vu le comm que vous avez laissé pour la fin ^^. Et Vegeta devient SSJ3 ou pas ?🙂

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s