« Flying Witch », un très beau manga mélangeant quotidien et sorcellerie à Aomori

Quand je l’ai aperçu pour la première fois dans les rayons des librairies japonaises, « Flying Witch » m’a de suite intrigué par sa couverture qui, en elle-même, suffisait à me raconter une histoire : ce serait le quotidien, dans un Japon plutôt campagnard, d’une jeune sorcière avec son chat noir. Bingo, j’avais vu juste : « Flying Witch » suit Makoto, une lycéenne qui s’installe chez des cousins, à Aomori, pour terminer son apprentissage de sorcière. ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀

Ce manga en cours de parution (6 volumes au Japon, 5 en France) est une vraie bulle d’air. Il plonge avec réalisme le lecteur dans la ville de Hirosaki, et donne à voir la vie quotidienne dans une cité moyennement peuplée du Nord du Japon. Parfois, une pointe de surnaturel survient quand Makoto fait usage de ses talents ou reçoit la visite d’un surprenant visiteur, tel le messager du printemps. C’est une lecture douce et plaisante dont je parle plus longuement dans la vidéo publiée hier sur la chaîne YouTube de Rosalys.

Harvest at a Japanese organic farm / Découverte d’une ferme bio japonaise

(EN) Today, through one of the fun activities proposed by Coto (the Japanese language school I go every week) I had the opportunity to visit an organic farm in Chiba. This was really precious because such occasions to visit a place of true Japanese lifestyle are rare.

This organic farm is managed by the owner on his own. He cultivates various sorts of vegetables, like potatoes, sweet potatoes (サツマイモ), tomatoes, … and herbs like okra. He does his job without any pesticide or chemical products. We even saw how he produces his compost, recycling a large set of wastes such that natural chemical reactions occur.

The organic market does not seem wide in Japan for the moment. One of the organizers of today’s tour, from the Vege-link company, told us that it represents currently an average 1%. But it is refreshing and encouraging to see people with such motivation in mind. The farmer explained us that he hasn’t need any medical care for 30 years. Because he pays attention to what he eats. He cares about giving rise to healthy food. As a manga/anime fan, this immediately echoes with some dialogs in Earth Maiden Arjuna or Silver Spoon.

We did not only get the chance to visit the farm, but also to harvest sweet potatoes and peanuts following the farmer’s advices. For me (as a very « city person »), it was my first time harvesting such vegetables. This was very moving, in the sense that such an action really connects us to the soil. After these (tiny) efforts (which are nothing compared to the huge amount of work performed everyday by the farmer), we enjoyed a barbecue with fresh products. This was really tasty.

The way the farmer and his family received us was really warming. The Japanese sense of hospitality continues to impress me every day.

This was one of these Sundays I’ll remember for long.

(FR) Dans le cadre des activités proposées par Coto, l’école de japonais à laquelle je suis inscrit, j’ai pu me rendre dans une ferme bio dans la région de Chiba. Il s’agissait là d’une véritable chance car les occasions de visiter de tels lieux, qui plus est au Japon, sont peu fréquentes !

La ferme en question est géré directement par son propriétaire. Il cultive une large gamme de légumes, tels que des pommes de terres, des patates douces (mais dans leur variété japonaise que les Français connaissent en fait peu : les satsumaimo – サツマイモ), des tomates et des herbes telles que l’okra. Il fait son travail sans énorme machine, sans pesticide et sans produit chimique. Tout à la main. Nous avons même vu comment il produit son compost, recyclant une large gamme de déchets d’une telle manière que des réactions chimiques naturelles s’occupent du reste. Il y a même des personnes qui sont allées constater, dans la montage de compost, que les réactions en question produisent, par elle-même, une chaleur comparable à celle d’un sauna !

Au Japon, la production bio ne paraît pas très importante en volume pour le moment. L’une des organisatrices de cette journée, de l’entreprise Vege-link, nous disait ainsi que le bio représente environ 1%. Mais cela fait plaisir – et c’est même sacrément encourageant – de voir des personnes avec autant de motivation ! Le fermier nous a ainsi expliqué qu’il n’avait plus eu à subir de traitement médical depuis 30 ans ! Parce qu’il porte attention à ce qu’il mange. Parce qu’il prend soin de cultiver une nourriture saine… en tant que fan de manga et d’anime, un tel discours faisait d’ailleurs écho au propos de séries tels que Earth Girl Arjuna ou Silver Spoon.

Nous n’avons pas eu seulement la chance de visiter la ferme, mais aussi de récolter des patates douces et des cacahuètes en suivant les conseils du fermier. En tant que citadin pur souche, c’était la première fois que je m’adonnais à une telle activité. C’était vraiment enthousiasmant, au sens où cette action nous rappelle l’importance des produits terriens dans notre quotidien. Après ces (minuscules) efforts (qui ne sont vraiment rien comparé au travail abattu chaque jour par le fermier), nous avons pu profité d’un barbecue avec un aperçu des aliments frais produits par la ferme. C’était vraiment délicieux. Et nous avons été tellement bien accueilli par tout le monde. Le sens de l’hospitalité japonais continue chaque jour de m’impressionner.

En tout cas, il s’agissait d’une expérience vraiment unique, de celle dont on se souvient pendant longtemps !

Concours de cosplay des Utopiales - Journée Manga-tan 2011

Utopiales 2012 : les activité du pôle asiatique

Dans un peu plus d’une semaine débutera la 13e édition du Festival International de Science-Fiction à Nantes, les Utopiales. Avec Neil Gaiman en invité d’honneur, et un programme des plus touffus.

Et ce sera déjà la sixième année d’existence du pôle asiatique au sein du festival ! Fidèle aux habitudes, la Journée Manga-tan revient pour une nouvelle édition le 11 novembre. Au menu : de belles projections (je suis vraiment ravi de vous faire découvrir le vibrant A Letter to Momo et le très esthétique Voyage vers Agharta), des invités passionnés et passionnants (Julien Pirou et Florent Gorges) et le traditionnel concours de cosplay géré cette année par la Brigade SOS francophone. Une fois de plus, le dimanche s’annonce festif… un moment incontournable en perspective !

Mais le programme autour du manga et de l’animation ne s’arrête pas là. Car nous poursuivons le partenariat avec l’école de manga de Niigata, le JAM College. Ce sont d’ailleurs des élèves de cette école qui signent cette année encore l’affiche de la journée Manga-tan. Une professionnelle diplômée de cette école, Ayumi Katagiri, des enseignants et étudiants seront également présents sur la manifestation pour réaliser un manga inspiré par 20.000 Lieux sous les Mers de Jules Verne !

Enfin j’ai la chance de pouvoir présenter une série de films qui furent, pour moi, une véritable révélation de la puissance de l’animation japonaise ! Il s’agit de la trilogie de films baptisés “Patlabor“. Certains connaissent peut-être le manga ou la série animée, mais les films transcendent l’univers et parlent à tout un chacun. À travers une vision de Tôkyô remplie de robots géants, ces longs métrages (visibles indépendamment) proposent une réflexion sur la société, le rapport à la paix et à la guerre, la place de la science et l’hybris. J’ai eu un véritable choc en voyant Patlaor en K7 VHS, au milieu des années 90, et ces oeuvres sont de celles qui m’ont donné envie d’explorer plus en avant la richesse de l’animation japonaise. C’est donc un grand bonheur pour moi de pouvoir projeter, lors des Utopiales, cette trilogie, qui plus est dans sa nouvelle version disposant d’un master HD. Les spectateurs devraient en avoir plein les yeux.

Tous les détails sont en ligne sur le site d’Univers partagés. J’espère que les connaisseurs, tout autant que les néophytes, trouveront leur bonheur dans cette programmation !

Affiche de la Journée Manga-tan 2012

Affiche de la Journée Manga-tan 2012

En pleine dédicace de Otaku Tōkyō isshūkan sur le stand d'Univers partagés Éditions au salon Passion Japon 2012

Passion Japon 2012. Retour sur ma dédicace de Otaku Tōkyō isshūkan et ma conférence.

J’étais ce week-end invité au salon Passion Japon à Nantes pour dédicacer Otaku Tōkyō isshūkan sur le stand de mon éditeur.

À cette occasion, j’ai eu la chance d’être interviewé par Ouest France. L’article est paru samedi. Il semble avoir marqué les lecteurs du quotidien, si j’en juge par le nombre de personnes qui sont venus me voir, pendant le week-end, pour me dire qu’elles m’avaient vu dans le journal.

Article de Ouest France (édition du samedi 23 juin 2012) consacré à Otaku Tōkyō isshūkan

Article de Ouest France (édition du samedi 23 juin 2012) consacré à Otaku Tōkyō isshūkan

Pendant ces deux jours, j’ai eu le plaisir de rencontrer un large public. Je ne pensais pas signer autant d’exemplaires d’Otaku Tōkyō isshūkan ! Cela m’a touché de voir des gens d’horizons très différents, mais avec la même passion du Japon au coeur, se pencher sur mon livre avec un regard bienveillant. Certains l’ont acheté en prévision d’un séjour au Pays du Soleil Levant, d’autres ont prévu de l’offrir à leur fille qui vit actuellement au Japon, d’autres encore ont eu envie de retrouver des lieux emblématiques visités lors d’un précédent voyage. Plusieurs personnes sont également passées après avoir acheté la version numérique de l’ouvrage. Pour les remercier de leur soutien, mon éditeur leur a offert une carte postale que j’ai ainsi pu leur dédicacer !

Passion Japon a constitué un moment privilégié pour rencontrer le public et présenter mon livre, Otaku Tōkyō isshūkan.

Passion Japon a constitué un moment privilégié pour rencontrer le public et présenter mon livre, Otaku Tōkyō isshūkan.

Enfin, je donnais à Passion Japon une conférence sur le manga et son impact tant au Japon qu’en France. J’ai rarement bénéficié d’un cadre aussi enchanteur pour une intervention en public. Ce moment, en plein centre de l’Île de Versailles, était magique. Le public paraissait captivé, ce qui est l’objectif ultime de tout orateur. J’ai été particulièrement sensible aux marques de sympathie à l’issue de cette intervention.

En pleine conférence sur le manga et son impact en France et au Japon. Une intervention donnée au coeur de l'Île de Verssailles, le cadre rêvé pour ce type d'exposé !

En pleine conférence sur le manga et son impact en France et au Japon. Une intervention donnée au coeur de l’Île de Verssailles, le cadre rêvé pour ce type d’exposé !

Merci à tous pour votre soutien !

Crédits photographiques : Rosalys et Kim

La venue de Suzuka Asaoka à Nantes en vidéo

Lors de “Bulles de Mangas” de novembre 2011 à la FNAC de Nantes, j’ai eu le plaisir de recevoir Suzuka Asaoka (responsable des relations avec le Japon et animatrice au sein de la chaîne de télévision Nolife) pour évoquer son livre Paris Japon, les meilleures adresses de Suzuka.

La venue de Suzuka Asaoka méritait une mise en lumière spéciale. C’est pourquoi, dans le cadre d’Univers partagés, nous avons réalisé une vidéo dédiée, avec interview et retour sur la rencontre qui s’est déroulée à la FNAC. Nous espérons que cette vidéo donnera envie aux spectateurs d’en savoir plus, à la fois sur Tôkyô Café (visible sur Nolife) et sur le livre Paris Japon, les meilleures adresses de Suzuka ^o^ !