Usage pédagogique des médias et réseaux sociaux dans le supérieur. Formation pour le PRES UEB en novembre 2012

Exemple d'échanges enseignant/étudiant via Twitter

À l’occasion d’un projet autour des réseaux sociaux mené par le PRES UEB, j’ai été invité à Rennes ces 27 er 28 novembre 2012 pour animer une formation régionale sur l’usage pédagogique des médias et réseaux sociaux pour un public principalement composé d’ingénieurs techno-pédagogiques et de chargés de projet.

Ma formation est composée d’une alternance de séquence de présentations et de pratique avec l’ensemble des participants. Après avoir mis en avant les enjeux des réseaux sociaux et la manière dont un outil tel que Twitter permet de s’intégrer dans une dimension d’échanges et d’interactions, mon propos s’oriente sur les autres réseaux, et leurs usages respectifs. Il est évidemment également question des services sociaux, tels que les logiciels de prise de note collaborative. Enfin, je conclue sur la belle promesse que constituent les MOOC (Massive Online Open Courses), notamment dans leur modalité connectiviste (cMOOC), en m’appuyant sur l’expérience ITyPA.

Cette intervention de 1 jour et demi vise à permettre aux participants de :

  • Identifier le réseau social adapté au soutien de leur dispositif pédagogique
  • Déterminer les configurations optimales pour l’intégration d’une composante “réseaux sociaux” dans leurs enseignements
  • Initier des interactions enseignant/apprenant grâce aux réseaux sociaux

L’enjeu que représentent les réseaux sociaux pour l’enseignement supérieur n’est plus à démontrer : 83% des 15-24 ans possèdent un compte sur Facebook, selon l’étude (réalisée du 14 au 23 décembre 2010) de l’Ifop sur l’accès des Français à Internet. Ces réseaux bénéficient nativement des faveurs des étudiants. Mais au-delà d’un usage à titre exclusivement privé, il importe que les jeunes développent une bonne maîtrise de leur identité numérique et soient capable de tirer profit des réseaux sociaux tant dans le cadre de leurs études que dans leurs relations professionnelles. Certaines études semblent même montrer que les étudiants qui twittent ont de meilleures notes !

Les réseaux sociaux apparaissent comme des structures très intéressantes pour construire des communautés d’apprentissage. Au cours de cette formation, je balaie la diversité des réseaux sociaux existants, avec leurs usages associés. Je me concentre notamment sur leur utilisation dans le cadre de dispositifs pédagogiques dédiés. J’illustre mon propos à partir d’exemples tirés des expériences que nous menons depuis plusieurs années à l’École Centrale de Nantes.

Le diaporama support d’une précédente formation de ce type est visible en ligne. La nouvelle version, avec les nouveaux éléments que j’y ai intégrés, sera prochainement accessible depuis cette page. J’en profite pour rappeler qu’une captation d’un précédent exposé (donné en février 2012), centré sur l’utilisation de Twitter en enseignement, est également disponible en ligne.

Comment tirer profit des dynamiques des réseaux sociaux pour soutenir l’enseignement et l’apprentissage ? Formation au Printemps d’UNIT 2012.

Formation sur Twitter dans le cadre du Printemps d'UNIT

À l’occasion du Printemps d’UNIT 2012, j’étais invité, ce jeudi 24 mai, à donner une formation sur les réseaux sociaux en pédagogie. Intitulée “Twitter, Google+ et compagnie : comment tirer profit des dynamiques des réseaux sociaux pour soutenir l’apprentissage ?“, cette intervention de 4 heures visait à permettre aux participants de :

  • Identifier le réseau social adapté au soutien de leur dispositif pédagogique
  • Déterminer les configurations optimales pour l’intégration d’une composante “réseaux sociaux” dans leurs enseignements
  • Initier des interactions enseignant/apprenant grâce aux réseaux sociaux

L’enjeu que représentent les réseaux sociaux pour l’enseignement supérieur n’est plus à démontrer : 83% des 15-24 ans possèdent un compte sur Facebook, selon l’étude (réalisée du 14 au 23 décembre 2010) de l’Ifop sur l’accès des Français à Internet. Ces réseaux bénéficient nativement des faveurs des étudiants. Mais au-delà d’un usage à titre exclusivement privé, il importe que les jeunes développent une bonne maîtrise de leur identité numérique et soient capable de tirer profit des réseaux sociaux tant dans le cadre de leurs études que dans leurs relations professionnelles.
Les réseaux sociaux apparaissent comme des structures très intéressantes pour construire des communautés d’apprentissage. Au cours de cette formation, nous avons balayé la diversité des réseaux sociaux existants, avec leurs usages associés. Nous nous sommes concentrés notamment sur leur utilisation dans le cadre de dispositifs pédagogiques dédiés. Nous avons illustré notre propos à partir d’exemples tirés des expériences que nous menons depuis plusieurs années à l’École Centrale de Nantes.

Le diaporama support de cette formation est visible ci-dessous. J’en profite pour rappeler qu’une captation d’un précédent exposé (donné en février 2012), centré sur l’utilisation de Twitter en enseignement, est également disponible en ligne.

Les réseaux sociaux en enseignement supérieur. Exposé à la Matinée du E-Learning.

Exemple d'échanges sur Twitter pendant la matinée du e-learning

Voilà plusieurs années que je mène différentes expériences autour de l’usage des réseaux sociaux à des fins pédagogiques. Il faut dire que je suis passionné de longue date par les potentialités qu’Internet a ouverte en termes de communication, d’échanges et de co-construction de ressources.

Faisant suite à ces expérimentations, j’ai eu le plaisir d’être invité à intervenir lors de la Matinée du E-learning du 3 février 2012, organisée à l’EM Lyon. L’événement avait pour thème “Twitter dans l’enseignement supérieur“.

Au cours de ma présentation, j’ai dressé le bilan des initiatives intégrant  l’usage de réseaux sociaux (notamment Twitter) dans des dispositifs pédagogiques déployés à l’École Centrale de Nantes depuis 2009. Mon diaporama peut être consulté (et téléchargé) en ligne. Mon exposé était relativement similaire à celui que j’avais donné, deux semaines auparavant, dans le cadre de la réunion des responsables TICE de la région Pays de la Loire. Si vous avez raté mon intervention à Lyon, je vous invite donc à découvrir mon propos dans la vidéo qui suit.

Ma conférence était suivie d’un exposé de Yann Bergheaud, juriste et responsable du e-learning à l’Université de Lyon 3. Il a apporté un regard complémentaire sur les enjeux légaux liés à l’usage d’un réseau social tel que Twitter en pédagogie. Il a notamment évoqué :

  • le droit d’auteur sur un tweet : dès qu’un tweet témoigne de la personnalité de l’auteur, il est protégé par le droit d’auteur. Il en découle que, dans une application stricte de la loi, l’auteur d’un tweet pourrait exiger de contrôler toute copie (retweet) ou modification de son propos initial de 140 caractères.
  • la question de la propriété d’un compte Twitter d’institution géré par un community manager contractuel. Cela ne semblerait pas poser de problème dans le cas d’un compte Twitter institutionnel tenu par un agent contractuel dont la principale mission inscrite à son contrat serait l’animation de l’identité numérique de l’établissement sur les réseaux sociaux. Ce serait moins évident dans le cas où l’animation du compte ne figurerait pas dans le contrat (avec une possibilité pour l’animateur du compte d’en revendiquer la propriété ?). En tout cas, le sujet paraît chaud aux Etats-Unis.
Après un certain nombre de mises en garde, Yann Bergheaud a modulé son discours en expliquant que le travail d’un juriste, c’est de montrer le pire, autrement dit tout ce qui peut arriver. Après, en tant qu’utilisateur, il s’agit de faire une analyse du risque. Et, dans le contexte de l’enseignement supérieur, le risque est modéré.
Il reste toutefois important de sensibiliser les étudiants au problème de la maîtrise de leurs données. Et de réfléchir, pour un passage à l’échelle de ces expérimentations, aux moyens logistiques et techniques qui permettraient aux établissements d’enseignement supérieur de proposer des solutions maîtrisables et traçables (telle l’installation, par exemple, de solutions libres sur leurs serveurs).

L’auditoire, composé d’une soixantaine de personnes, s’est en tout cas emparé avec passion de ces sujets. La matinée fut largement live-tweetée. De plus, certains participants ont réalisé une synthèse collaborative des échanges que je vous recommande.

Pendant les exposés, le public a partagé ses impressions en direct sur Twitter. Cela a contribué à la visibilité des échanges auprès d'un large public intéressé par les TICE, et pas uniquement envers l'auditoire présent à Lyon.
Pendant les exposés, le public a partagé ses impressions en direct sur Twitter. Cela a contribué à la visibilité des échanges auprès d'un large public intéressé par les TICE, et pas uniquement envers l'auditoire présent à Lyon.

Exposé sur l’utilisation des réseaux sociaux (notamment Twitter) en pédagogie

À l’occasion de la réunion des correspondants TICE des Pays de la Loire de janvier 2012, j’ai été invité à donner un retour d’expérience sur mon utilisation des réseaux sociaux dans un contexte pédagogique. Cela fait maintenant plus de trois ans que je mène différentes expérimentations sur cette thématique, à travers notamment (mais pas uniquement) Twitter. Cet exposé était donc l’occasion de dresser un panorama des expériences menées à l’École Centrale de Nantes, de donner un aperçu des possibilités offertes par Twitter, et surtout de sa mise en oeuvre pratique dans un environnement d’apprentissage. Je vous invite à revoir, ci-dessous, mon intervention. J’y reviens en détails sur l’apport d’un tel dispositif, mais également ses limites et les leçons que nous en avons tirées.

Twitter permet d’aller du message vers une ressource pédagogique (un polycopié, un site de référence, etc.). L’enjeu, désormais, est d’aller de la ressource pédagogique vers les messages des étudiants. C’est ce que je souhaite continuer d’explorer avec Google+ dans le prolongement de mes premières expériences dans le domaine. Puis, dans un second temps, dans le cadre du projet UNIT qui vise à construire un réseau social autour de ressources pédagogiques avec différents niveaux de granularité.

Projet UNIT : intégration et analyse de l’impact d’un réseau social dans le processus d’apprentissage

You're no one if you're not on Twitter.

Une nouvelle année amène évidemment de nouveaux projets, échanges et collaborations. C’est en ce mois de janvier que débute véritablement le projet UNIT intitulé “Expérimentation d’usage d’un réseau social pour favoriser l’apprentissage” porté par le CAPE de l’École des Mines de Nantes, et rassemblant plusieurs acteurs français autour de la pédagogie et des réseaux sociaux. Cela fait plusieurs années maintenant que je mène des expériences novatrices avec les élèves-ingénieurs de l’École Centrale de Nantes autour des réseaux sociaux (notamment Twitter) dans un contexte d’apprentissage. C’est à ce titre que j’ai eu le plaisir d’être contacté, lors du montage du projet, pour participer à cette aventure.

Exemple d'échanges enseignant/étudiant via Twitter
Exemple d'échanges enseignant/étudiant via Twitter

Ce projet vise à utiliser un réseau social dans un processus d’apprentissage. Il s’agit, entre autres, de favoriser les interactions entre les élèves autour d’intérêts similaires – et donc de ressources pédagogiques communes. Nous nous intéresserons notamment à mesurer l’impact des réseaux sociaux sur l’acte d’apprentissage, en essayant d’en avoir une vision scientifique.

Nous ne partirons pas ici d’un réseau social existant. L’originalité – et la force – du projet consiste en effet à intégrer nativement une dimension sociale au coeur des supports pédagogiques mis à disposition des élèves. Autrement dit, les élèves accèderont à la ressource pédagogique via leur ordinateur ou leur téléphone portable et pourront interagir avec d’autres utilisateurs (qu’ils soient étudiants eux aussi, enseignants ou visiteurs extérieurs). Techniquement, c’est une combinaison des logiciels Scenari (chaîne éditoriale de conception et publication) et Elgg (réseau social) qui nous permettra de parvenir à nos fins.

Je devrais avoir l’occasion de revenir sur ce projet au cours des prochains mois !